Lieu de rassemblement des CJB
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 les phalanges d'Odanow (natix et le catalan)

Aller en bas 
AuteurMessage
titouille
Inquisitrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1841
Age : 36
Localisation : bordeaux
Emploi : étudiante
Loisirs : aucun, je ne vis que pour travian
Date d'inscription : 14/03/2006

MessageSujet: les phalanges d'Odanow (natix et le catalan)   Dim 29 Nov - 22:16

Extrait du Livre Du Sang de l'Vnion Vniverselle



Un matin d'hiver, un émissaire arriva au palais de Natix, révérée Vice-Reine de l'Vnion Vniverselle, demandant audience auprès de sa Grâce.

- Je m'incline devant vous Votre Altesse car je suis garant d'un message de la plus haute importance en provenance du Village Catalan.
- Parle donc messager !
- Un vil Germain du nom d'Adler répend mort et désarroi dans les rangs d'une personne chère au coeur de notre Bon Vice-Roi Le Catalan. Ne pouvant lui même intervenir ouvertement en ce conflit il vous presse, Majesté, d'exercer sa vengeance sur ce Germain...
- Il suffit ! N'est pas né celui qui offensera impunément mes Frères de l'Vnion ! Sois tranquile Messager ton message a été entendu. Que l'on me fasse seller un étalon sur le champ et que l'on mobilise nos Hommes !!! Le jour des Infâmes ne saurait perdurer !

La nuit qui suivit fut le théâtre d'une marche résolue au travers les terres de Travian. Un cortège de lumières fendait la nuit déversant sur la plaine la colonne de Phalanges d'Odanaw. Lorsque l'aube commençait à poindre, nimbant la terre de sa lumière crue, les Fières Armées de Natix se trouvaient en vue du village des Germains.

- Qu'en pensez-vous Général ?
- Je crains, Majestée, qu'ils ne soient bien trop nombreux !
- Que conseillez-vous ?
-Il me semble que jamais les légions d'Odanaw n'aient repris le chemin de retour sans livrer bataille.
- Je vous reconnais bien là, Noble Général !

Les hordes germaines s'amassaient devant l'enceinte du village, nombreuses et sales. Sur la plaine, à deux cents toises de là, les Phalanges d'Odanaw demeuraient stoïques, baignées par la lumière de l'astre céleste. Nul n'aurait pu lire la peur sur leur visage et d'aucuns n'auraient pu douter de leurs bravoure et noblesse.

- Enfants et Protecteurs d'Odanaw ! Ces vils Germains se jouent de nos Frères et offensent notre Vnion ! Vous avez vus leur nombre et l'issue de la bataille qui nous guette n'augure rien de bon. Mais je connais votre Courage et votre Force, car jamais une Phalange d'Odanaw n'a fuit et jamais n'a connu la peur ! Battez-vous comme vous le savez si bien et honorez votre origine !

A ces mots, la charge s'annoça. La horde de Germains avançait sur eux, armes levées, affrontant le mur solide des Hommes de Natix. L'affrontement fut d'une violence rare, répandant le sang des barbares et des Nobles sur la plaine; abreuvant la terre de Travian de rivières pourpres.
A la fin du jour, à l'heure du ponant, plus une Phalange ne rentrerait. Aucune Phalange n'avait fuit, aucune n'avait posé genou à terre. Elles avaient péri en répandant leur Sang, nectar qui ferait succomber la terre où il avait coulé.
Les survivants Germains ne se réjouissaient pas pour autant, tant la fureur et la détermination des Phalanges avaient imprimé en eux le sceau de la terreur. La Vice-Reine se trouva face au capitaine des Germains, agenouillé devant sa Grandeur.

- Mes Hommes ont péri devant le nombre mais la fin n'est pas arrivée pour autant. Vous savez que la fureur des Armes d'Odanaw vous surpassera et que nous reviendrons. Va dire à ton souverain qu'il prie ses Dieux instament pour leur pitié, car Odanaw n'en aura aucune pour lui le jour de son retour !

A ces mots, Natix et son Général s'éloignèrent, laissant les Germains en proie à une panique féroce et sourde, qui les hanterait jusqu'au jour de leur trépas.

Il est dit qu'aujourd'hui encore, la terre n'est plus cultivée au haut lieu où les Phalanges donnèrent leur Vie pour l'Honneur, et que l'air vibre toujours de chants à la gloire de leur Courage féroce.

le catalan a écrit:
battue,ensanglantée,pupuce,ma belle,gisait au milieu de ses valeureux soldats,brisée par l'infame...une lutte de tous les jours,des assauts tout autant incessants qu'impitoyables l'avaient terrassé,elle et les siens.De ces contrées lointaines,je savais mon emprise limitée...l'appel à l'alliance paraissait une issue des plus raisonnables!Forts de notre union,l'ennemi semblait si frele,inexistant...et là fut ma principale erreur.
Natix,généreuse et conquérante,se proposat et fit marche vers la vermine...un duel inégal bien que mené par des hommes des plus courageux...mes amis conduits vers un second massacre...insupportable!
Et la colère montait en moi,irrépressible....mon sang de barbare ne pouvait mentir...le sang coulerait.
C'est ainsi qu'à la nuit tombée,une centaine de mes chevaliers les plus féroces se mirent en route vers les terres arides de l'est.Sans roulements de tambours,seuls le martèlements des sabots troublaient l'obscurité ambiante...à l'affut et décidés,leur unique désir n'était que de servir leur chef...la bataille serait brève et sans surprise...aucun rescapé,l'ennemi,trop peu nombreux et désorganisé n'avait pas la moitié d'une chance d'échapper à cette tuerie ...et à l'aube,mes chers soldats repartirent,forts d'une nouvelle victoire...fiers comme des catalans!!!

_________________
althea, gardienne du village des Anciens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
les phalanges d'Odanow (natix et le catalan)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la phalange ou le grand bazar, les autres ne perdent rien pour attendre
» Boycott de produits Espagnols (sauf Catalans)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communauté des joyeux bourreaux :: CJB : L'Histoire :: Notre Histoire-
Sauter vers: